GareTGV.free.fr

Saurel se vante de la gare de la Mogère; rachat du PPP de DIF (Luxembourg) par 3i (Angleterre)

Lien dans le recueil 2020
Lien sur une page séparée
13 janvier 2020


Le président de la Métropole de Montpellier utilise les journaux institutionnels pour se vanter de la création de la gare de la Mogère.
Le contrat de PPP de la gare de la Mogère, détenu par une société financière luxembourgeoise, a été racheté par une société financière anglaise

La propagande Philippe Saurel dans les journaux de la ville de Montpellier et de la Métropole de Montpellier

En janvier 2020, le président de la Métropole de Montpellier a fait publier des articles à la gloire de la gare de la Mogère dans le bulletin de la Métropole de Montpellier, ainsi que dans celui de la ville de Montpellier.

Dans le journal distribué par la Métropole, on lit notamment:

  • que la baisse du nombre de TGV à la gare de Montpellier-centre (gare Saint-Roch) libère des sillons pour les TER. C'est un peu trompeur, car ces sillons (créneaux disponibles pour faire circuler des trains sur la voie ferrée) ne sont occupés par aucun train: le nombre de TER prévus (hors grève) n'a pas augmenté.
  • que la gare de la Mogère (gare "Sud de France") reçoit 24 TGV par jour. En réalité, au moment où le journal était distribué, elle n'en recevait en réalité presque aucun, SNCF-Mobilités privilégiant la gare centrale de Montpellier pour les quelques trains circulant pendant les grèves. De même, la majorité des TER desservant Nîmes-centre s'arrêtent en réalité avant d'avoir pu atteindre la gare TGV de Nîmes-Manduel qu'ils doivent théoriquement également desservir.
  • que la gare de la Mogère «accueille 70% du fret». Pur non-sens et véritable mensonge, puisque cette gare n'est qu'une gare TGV et ne dispose d'aucun équipement pour charger ou décharger un train de marchandises. Les trains de marchandises qui y passent et s'y arrêtent éventuellement pourraient le faire tout aussi bien en l'absence de la gare: seules les voies leur sont utiles.
  • que cette gare fait gagner 20 mn sur le trajet Montpellier-Paris. En réalité, le gain est de 10 à 15 mn (il n'était de 20 mn qu'avant la mise en service de la gare TGV de Nîmes-Manduel: les rares TGV desservant la gare de la Mogère gagnaient du temps en ne desservant pas Nîmes, mais ils perdaient du coup des voyageurs). Et surtout, les voyageurs perdent ensuite 30 à 60 mn, selon qu'ils doivent rejoindre la ville de Montpellier, ou changer de gare pour prendre une correspondance. C'est un «gain de temps» qui leur fait perdre en réalité beaucoup de temps.
  • que la ligne 1 du tramway sera prolongée jusqu'à la gare de la Mogère en 2022. En réalité ce projet a été lancé par l'Agglomération de Montpellier (aujourd'hui Métropole) en 2013, mais d'une telle manière qu'il a été bloqué. En effet, l'Agglomération avait tenté de passer outre ses obligations administratives, en refusant de faire une étude d'impact et une enquête publique alors que l'Autorité Environnementale du CGEDD (ministère de l'Écologie) le lui avait ordonné. Aujourd'hui, la Métropole a bien rédigé un semblant d'étude d'impact, mais l'Autorité Environnementale du CGEDD lui a trouvé de très nombreux défauts (lire l'avis de l'AE du CGEDD sur l'étude d'impact du tram T1). Notamment, cette étude d'impact n'évalue que la seule ligne de tramway, comme si celle-ci était indépendante de la ZAC Oz («Cambacérès»), de la gare de la Mogère, du nouvel échangeur autoroutier qui est annoncé occasionnellement sur l'A709, etc...
    À noter que cette extension du tramway, estimée à 40 M€ (non compris le pont déjà construit en douce sur les voies ferrées), n'est censé faire gagner que 4mn 30s aux voyageurs passant d'une gare à l'autre.
    À ce jour, on n'a toujours pas de date officiellement annoncée pour l'enquête publique de ce prolongement. La procédure ne pourra dans tous les cas pas se faire avant les prochaines élections municipales, pas sûr donc que Philippe Saurel soit encore en poste pour engager ce projet.

Dans le journal distribué par la mairie de Montpellier, les affirmations sont similaires. De façon assez étrange, il y est affirmé que la réduction du trafic TGV à Montpellier-centre de 36 à 24 TGV par jour n'est pas une baisse, comme si cette baisse était compensée par l'augmentation des «sillons», c'est-à-dire des créneaux permettant la circulation de trains, créneaux actuellement non utilisés. Après la gare fantôme, place aux trains fantômes?

Le PPP de la gare de la Mogère a été revendu à une société financière anglaise: «3i»

Le 10 janvier 2020, on a appris que la société financière DIF (Pays-Bas), qui possédait via son fonds luxembourgeois «DIF Infra 3 PPP 2 Luxembourg S.à r.l.» le contrat de partenariat public-privé (PPP) de la gare de la Mogère, a revendu ce contrat à la société financière anglaise «3i», via son fonds «3i European Operational Projects Fund» (3i EOPF).

3i a en fait acheté un ensemble de contrats à DIF: 2 lots de 3 prisons, 3 «projets éducatifs», 1 centre de collecte de déchets, la gare de la Mogère, et un lot de 12 casernes de pompiers.

D'un côté comme de l'autre, on retrouve des «X-Ponts» (anciens élèves de l'École Polytechnique étant ensuite entrés dans le Corps des Ponts): la création du PPP avait été poussée par Thomas Vieillecazes (Polytechnique 1995, Ponts et Chaussées) pour le compte de DIF, juste après son départ du Ministère des Transports, et l'achat a été supervisé par Stéphane Grandguillaume (Polytechnique 1990, Ponts et Chaussées), pour le compte de 3i. Comme quoi, malgré le Meccano financier légèrement opaque, les décideurs sont toujours un peu les mêmes, avec des anciens des «grands corps de l'État» ayant pantouflé dans le privé...





Hébergement et statistiques: